Angers en 1897

Chronique historique

par Sylvain Bertoldi, conservateur en chef des Archives d'Angers

Vivre à Angers n° 201, janvier 1997

11 janvier 

"En voyant les terrains piochés sur la place du Ralliement, nous croyions que les travaux de la décoration projetée commençaient. Évidemment, il ne pouvait en être ainsi, car avant de donner le premier coup de pioche, il faut remplir des formalités qui demandent beaucoup de temps…"


Les résultats du concours pour la décoration de la place du Ralliement avaient été donnés en novembre 1896, mais les travaux ne se firent pas.

La place du Ralliement en 1897, vue depuis l'angle de la rue Chaussée-Saint-Pierre. Arch. mun. Angers, coll. Verrecchia-Rullier, 40 Fi.

29 janvier

Le conseil municipal vient d'adopter le projet de reconstituer à l'hôtel de ville une galerie de portraits des anciens maires d’Angers.

"L’administration fait appel au bon vouloir de ceux de ses concitoyens qui possèdent des portraits de nos anciens maires… Elle leur demande, sinon de s’en dessaisir en sa faveur, de vouloir bien tout au moins permettre qu’on les copie, et les meilleurs élèves de notre école régionale des beaux-arts seraient chargés de ces reproductions".

12 février

Le quai du Roi-de-Pologne

"Ce n’est pas d’aujourd’hui qu’il est question de la réfection du quai du Roi-de-Pologne. Non seulement les améliorations dont nous parlons sont nécessaires, mais encore elles sont urgentes. Nos édiles, pour s’en convaincre, n’ont qu’à se payer, en ce moment, le luxe d’une petite promenade sur le quai du Roi-de-Pologne. Ils le trouveront complètement inondé… Ce qui se produit en ce moment peut se produire tous les ans, voire même deux fois par an".

17 février

Routine et lumière (lettre reçue au Petit Courrier)

"On est vraiment surpris de voir une ville aussi belle que la nôtre, sous tous les rapports, qui renferme près de 75 000 habitants et qui passe à juste titre pour une des plus agréables de France, être aussi arriérée sous certains rapports.
(…) Nous aimons à répéter à tous propos que notre cité est aristocratique, élégante et luxueuse même… Comment peut-on prétendre posséder toutes ces qualités quand on est une des villes les plus mal éclairées de France et que l’on ne possède même pas l’électricité pour vous éviter de patauger dans la boue…
On est encore à faire quelque chose parce que la routine régnera souveraine maîtresse dans la bonne ville du roi René et dame ! La routine n’aime ni le progrès ni la lumière… On sait peut-être qu’une demande sérieuse de concession a été faite depuis plus d’un an. Depuis elle est toujours restée dans les cartons municipaux".

8 mars

Silhouettes angevines. Portait du maire d’Angers, Jean Joxé, par le Petit Courrier.

"M. Joxé porte très allègrement ses 72 ans et le poids d’une administration qui n’est pas pour lui une décorative sinécure. C’est un laborieux et, comme maire, il est ce qu’il fut comme Directeur des postes et télégraphes, l’homme du devoir - jusqu’à l’abnégation.
M. Joxé est républicain, même par une ironie suggestive des étiquettes, radical. Qui s’en douterait ? Il n’est point, en effet, que nous sachions, de radicalisme plus doux, plus libéral, plus indulgent et plus conciliant que le sien.
D’une simplicité charmante parce qu’elle est sincère, accessible et bienveillant à tous, moins prodigue de vaines promesses que de service réels, dédaigneux de la réclame…, modeste dans ses goûts et d’une haute dignité de vie, M. Joxé consacre tous ses instants aux devoirs de sa charge…"

24 mars

L'allée du Mail, actuelle avenue Jeanne-d'Arc, sera prolongée jusqu'à la voie ferrée sur des terrains offerts par l'industriel Julien Bessonneau et terminée par un nouveau square orné d'une statue de Jeanne d'Arc.

27 mars

Inauguration de la nouvelle décoration de la salle des fêtes de l’hôtel de ville par un bal de bienfaisance. "La salle des fêtes aussi bien que la salle du conseil municipal, où l’on pouvait également danser, étaient resplendissantes de lumière. Dans le cabinet des adjoints avait été aménagé un salon de jeu qui, hâtons-nous de le dire, n’a guère chômé de la nuit".

28 mars

Cavalcade de la Mi-Carême, défilé des chars : “l’harmonie de la Kasbah” par l’usine Bessonneau, les “Bébés altérés”, “la Pirogue indoue” de la Société Angers-Nautique…

8 avril

M. le préfet de Maine-et-Loire vient de transmettre aux sous-préfets et maires du département le texte d’une circulaire ministérielle, concernant l’étude de la question du chômage et contenant les résultats des travaux de secours déjà entrepris par les municipalités en vue d’assurer l’assistance par le travail.

21 mai

Catastrophe de Bouchemaine : sept soldats du 6e Génie périssent noyés, à 300 mètres en amont du pont.

26 mai

La commission de l’éclairage du conseil municipal reconnaît la supériorité incontestable de l’électricité sur le gaz et décide, à l’unanimité de mettre la Compagnie du gaz en demeure d’installer l’éclairage électrique.
Les premières lampes électriques seront installées dans les rues en 1903.

Projet de lampadaire électrique. 1902. Arch. mun. Angers, série O.

14 juin

Lettre de Mgr Baron, évêque d'Angers, au maire :
"J'ai l'honneur de vous informer que j'ai le dessein de bâtir, en bordure de la rue Bérenger, une chapelle de secours et un logement pour le prêtre qui la desservira [Il s'agit de la future église Saint-Antoine]. Depuis longtemps déjà, par suite de l'extension que la ville a prise, l'église Saint-Serge, située à l'une des extrémités de la paroisse dont le périmètre est très vaste, se trouve à une distance trop considérable de plusieurs quartiers populeux qui en dépendent… Cette situation s'aggravera encore, quand, en conformité du vote émis par le conseil municipal, une caserne sera construite dans les terrains de la Brisepotière".

24 juin

"L’administration municipale s’occupe toujours de la question de la reconstruction de l’église Notre-Dame. On sait que c’est le 24 juin courant que seront évacuées les maisons qui ont été acquises par la ville en vue de cette reconstruction. La démolition de ces immeubles commencera immédiatement après celle de l’église actuelle".

3-4 juillet

Concours musical de la Doutre.
"Décidément Angers aime la musique, nous n’en voulons pour preuve que les longs efforts du comité du Concours. Bravo messieurs les organisateurs… vous allez nous offrir des attractions inconnues à Angers. En effet, personne avant vous n’avait pensé à réunir dans une même soirée une armée de solistes, et à la lecture de votre concert de ce soir au cirque, je vois quinze mandolinistes, la Sainte-Cécile, la musique municipale et les solistes de la plus grande partie des sociétés qui prendront part au concours du lendemain…"

9 juillet

Fondation de l’Association syndicale de pêcheurs à la ligne.

28 juillet

Le conseil municipal adopte les avant-projets d'extension du réseau des tramways, vers la place Ney, la route de Paris, la caserne du Génie et le faubourg Saint-Jacques (nouvelle ligne).La question des tramways, comme celle de l'électricité, revient périodiquement dans l'actualité.

25 août

"Les musiciens de la musique de la manufacture de M. Bessonneau ayant reçu leur costume, qui… est tout à fait pittoresque et charmant dans son genre tyrolien, ont offert une audition à leur généreux donateur.
Ce concert fort bien exécuté et qui témoigne des progrès constants de cette jeune et déjà excellente musique [créée l'année même], a été terminé par l’Hymne russe et la Marseillaise, morceaux qui ont été écoutés religieusement et tête nue, et ont été accueillis par un immense cri de : Vive la Russie ! Vive la France ! poussé par toutes les personnes présentes".
1897 : année de l'alliance franco-russe. Au même moment, le président Félix Faure est en Russie.

1er septembre

Premier arrêté du maire concernant la circulation automobile :
"Article 1er - Les automobiles circulant sur la voie publique seront pourvues d’un appareil avertisseur suffisamment sonore, et dont le conducteur devra se servir aussi souvent qu’il sera besoin pour annoncer d’assez loin leur approche, surtout à l’intersection des rues.
Les automobiles seront de plus munies d’une clochette à poste fixe et à mouvement continu.
Art. 2 - Les automobiles devront être pourvues d’une plaque indiquant le nom et le domicile du propriétaire et, en outre, d’un numéro d’ordre si elles sont en location.
Art. 3 - Les conducteurs d’automobiles devront tenir leur droite…"

10 octobre

Incendie de l’église Saint-Léonard. Le sinistre n’atteint pas la nouvelle église en construction.

15 octobre

Troisième semaine de grève aux Ardoisières.

2 novembre

Catastrophe aux Ardoisières : une chute de 70 mètres, 4 ouvriers broyés.

10 décembre

Obsèques de l’ancien maire, Alexis Maillé.
Dans le journal du 12 décembre : "Le projet de débaptiser la place du Ralliement pour lui donner le nom de M. Maillé nous paraît mort-né. Il est certain que l’immense majorité de la population angevine est très résolument contraire à cette proposition.
On pourrait donner à la rue des Luisettes, où demeurait M. Maillé, le nom de l’ancien maire de notre ville. C’est une idée très soutenable. Pourtant nous regretterions de voir disparaître ce nom de Luisettes".

17 décembre

"Ne serait-il pas possible - le budget ayant un excédent de recettes de 106 061 francs - de remplacer le drapeau… non la loque qui flotte sur la grille de la mairie ? Ce changement n’entraînerait pas une grosse dépense et nous supposions que, lors de la discussion du budget, nos réclamations auraient porté leurs fruits. Hélas ! Il n’en a rien été. Espérons, enfin, qu’avant le 1er janvier 1898 nous pourrons admirer un drapeau digne d’une municipalité qui, comme chacun le sait, aime à bien faire les choses, mais lentement, trop lentement peut-être".


Les références de cet article sont extraites du journal Le Petit Courrier ou des délibérations du conseil municipal.