1845 - Bibliothèque municipale

Trésors d'archives

Exposition virtuelle de quelques belles pièces d'archives

Bibliothèque municipale d'Angers. Projet de salle des imprimés : plan, élévation intérieure côté jardin, élévation intérieure côté des armoires par Boutrouë. 15 octobre 1845.
Dessin aquarellé, 49 x 51.
Arch. mun. Angers, 1 Fi 2255.

 La bibliothèque municipale est une création de la Révolution. A l'origine bibliothèque de l'École centrale, elle est inaugurée dans l'ancien évêché en 1798. Le premier noyau des collections est formé par les ouvrages confisqués aux communautés religieuses et aux émigrés. Après l'arrivée de l'évêque concordataire, Mgr Montault, en juin 1802, la bibliothèque est transférée au logis Barrault (1804). Son installation reste provisoire, en attendant l'aménagement de nouveaux locaux. Tout y est fort mal commode : la salle de lecture est placée au-dessus de la chapelle Saint-Éloi, desservie par l'arcade qui enjambe la rue du Musée. Les livres sont entassés dans des greniers et des cabinets étroits. Ce provisoire va durer quarante-quatre ans.

 En 1838, de vastes projets de construction sont dans l'air. Le nouveau bibliothécaire, François Grille, demande au maire que l'on profite plutôt des bâtiments du logis Barrault afin de hâter l'ouverture d'une nouvelle bibliothèque. Dès lors et jusqu'en 1848, il emploie toute son éloquence épistolaire à convaincre les maires successifs - Antoine Farran, Augustin Giraud et Guillier de la Touche - de l'importance d'un nouvel aménagement. 27 novembre 1838 : Le matériel de notre affaire est déplorable. Nos cours, nos escaliers, nos corridors, nos tables, tout est misérable, encombré, désespérant. 17 août 1841 : Toutes les villes de la Loire, Orléans, Blois, Tours, Nantes, ont de très belles bibliothèques (…). La seule ville d'Angers… restera-t-elle en arrière ? 2 août 1842 : Quand notre muse poétique et historique secouera-t-elle ses lambeaux et ses nippes pour se vêtir de ses habits de fête et se présenter au peuple angevin comme une de ses filles honorables et bien aimées ? 10 janvier 1843 : Je le dis avec une profonde douleur, mais si l'on ne donne aux livres un nouveau local, le dépôt précieux des sciences et arts d'Angers sera anéanti avant peu d'années.

 Quatre mille francs sont enfin votés au budget additionnel de 1845, attendu l'extrême urgence. Les plans de Boutrouë, architecte de la ville, sont approuvés par le maire le 23 octobre, les travaux adjugés le 25 novembre. La nouvelle bibliothèque est établie au logis Barrault, dans les bâtiments du musée, au-dessus de la salle David d'Angers. La salle de lecture forme une galerie de 39 m de long sur 7,50 m de large et 6,60 m de haut. Elle peut contenir vingt mille ouvrages. Les livres sont placés face aux fenêtres sur trois niveaux en retrait les uns sur les autres. Des galeries de circulation remplacent, selon le désir de F. Grille, les traditionnels escabeaux. Entre les fenêtres sont placées des armoires sur lesquelles le bibliothécaire prévoit de disposer les bustes d'hommes célèbres, en plâtre, sans avoir pu obtenir qu'ils soient exécutés par David d'Angers et représentent des Angevins.

 La nouvelle salle est ouverte au public le 5 décembre 1848. Dès cette époque, des magasins annexes doivent être aménagés pour les dix mille livres qui n'y peuvent prendre place. La grande salle reste en service jusqu'au transfert de la bibliothèque, en 1978, dans les nouveaux bâtiments de la rue Toussaint, adaptés à l'évolution contemporaine des bibliothèques.

Bibliographie : Histoire de bibliothèques : la bibliothèque municipale d'Angers, 1798-1978, Angers, Bibliothèque municipale, 1988, 91 p.