Une première pour les archives de l'Ouest : l'exposition Trésor d'archives

Chronique historique

par Sylvain Bertoldi, conservateur en chef des Archives d'Angers

Vivre à Angers n° 183, février 1995

Une première pour les archives de l'Ouest

Après deux ans de travail, Angers, Brest, Nantes et Rennes présentent l’exposition « Trésor d’archives » tour à tour dans les quatre villes, jusqu’en mai 1996. Première étape à Angers.


Quatre villes - deux grands ports et deux villes de l'intérieur - deux provinces, si différentes et si longtemps opposées par l'histoire, mais des relations sans cesse approfondies : Angers, capitale de l'Anjou, marquée par les Plantagenêts, puis par ses ducs, patrie du roi René, sise au confluent de trois cours d'eau, à quelques kilomètres de la grande Loire ; Rennes, tête de la Bretagne, marquée par l'urbanisme classique du XVIIIe siècle après le grand incendie de 1720 ; Nantes, ville natale d'Anne de Bretagne, seconde capitale des ducs, port de commerce moins brillant et plus sage que Bordeaux, "mêlé d'opulence coloniale et de sobriété bretonne" selon Michelet ; Brest, ville de la Royale, née de son activité militaire, une des plus belles rades d'Europe où "vous comprenez tout de suite, écrivit Flaubert, que la vraie ville est l'arsenal".


Deux cents documents ont été choisis pour évoquer la croissance et la personnalité des quatre villes, en fonction de leur caractère inédit et prestigieux, mais aussi de façon à illustrer l'extraordinaire variété des archives municipales, qui, seules, ont fait la matière de cette exposition, richesses inégalées, accessibles à tous, pour l'histoire d'une ville, comme le sont les collections des musées pour l'histoire de l'art. Ils expriment chacun, à travers le parchemin, le papier, le tissu ou le laiton ; par l'écrit, le dessin ou la photographie, la vie propre de chacune des cités retranscrite en cinq chapitres :

Arch. mun. Angers, 6 Fi 2678.

Le pouvoir municipal

Tous les volets de leur administration sont présentés, depuis les comptes parfois bien antérieurs (1367 à Angers) à l'organisation d'un pouvoir municipal, jusqu'au premier recensement des habitants d'Angers, en 1769, un document exceptionnel pour l'époque puisqu'il enregistre nominativement tous les Angevins, donnant une image très fidèle de la ville et de sa composition sociale. La naissance des institutions municipales, tardive comme dans tout l'ouest de la France (Angers en 1475, Nantes en 1560, Rennes en 1549 et surtout en 1592, Brest en 1681), est évoquée par les grandes chartes communales et leur corollaire, les registres de délibérations des nouveaux officiers municipaux. On verra qu'à sa création la mairie de Nantes s'est inspirée de celle d'Angers.

Les bâtisseurs

L'exposition donne des images très fortes de chacune des villes et l'on pourra s'attacher à comparer les différents urbanismes. Les pièces les plus prestigieuses ont toutes été "sorties" : le plan cavalier manuscrit de 1704 par Thibaudeau pour Angers (jamais exposé et restauré pour l'occasion), suivi de l'atlas d'alignement des rues officialisé en 1844 et de la fameuse vue en ballon de 1878, lithographie extrêmement précise ; les grands plans de Rennes et de Nantes au XVIIIe siècle, pièces maîtresses de leur transformation en villes des "Lumières" ; le superbe plan aquarellé de Brest par Desandrouins (1790), qui résume la spécificité brestoise : d'impressionnantes fortifications protégeant un arsenal. Une grande vue panoramique de trois mètres de long prise en 1946 clôt la série des représentations urbaines : Brest détruit promis à un nouvel avenir.

Des centres de richesses

Une cité vit et prospère grâce à ses industries et à son commerce, autre chapitre de l'exposition qui illustre les tonalités spéciales aux différentes villes. De grands noms restent souvent associés à chacune : les textiles et cordages Bessonneau, les liqueurs Cointreau pour Angers ; la biscuiterie Lu à Nantes ; l'imprimerie Oberthür à Rennes. Au XVIIIe siècle, Nantes et Angers rivalisaient dans la fabrication des cartes à jouer. On pourra comparer leurs productions. Dès 1825 à Nantes, puis à Angers, Rennes et Brest, tous les produits de l'industrie, de l'agriculture et des arts sont périodiquement regroupés sur le modèle parisien lors de grandes expositions régionales, occasion de renforcer les liens et de relancer l'économie.

 

 

Un esprit sain dans un corps sain

L'histoire de l'instruction, de la santé, le développement de l'hygiène publique ne sont pas non plus dissociables de l'histoire urbaine. Aussi trouvera-t-on parmi les vitrines des rapports illustrés sur les écoles primaires de Nantes en 1914-1918, les lettres patentes de Louis XIV confirmant les statuts du collèges de médecine de Rennes en 1666, l'état des drogues de la pharmacie du château de Brest (1780) où l'on apprend que l'inspecteur des pharmacies trouva que le riz sentait un peu la poussière, que les graines de genièvre s'échauffaient et que les pruneaux étaient trop ramollis…

Quand les villes s'amusent !

Point d'orgue de l'exposition, les fêtes et la vie culturelle. Toujours importantes dans la vie d'une communauté, les fêtes ne sont d'abord que des manifestations de réjouissance publique lors de la visite des souverains, et ces visites ont été nombreuses, en particulier à Angers qui reçut tous les rois de France, de Charles VII à Louis XIII. En 1843, le périple du duc de Nemours dans l'Ouest relie Angers, Nantes, Rennes et Brest. Chaque ville s'enquiert des festivités offertes par la précédente et entend rivaliser dans son hommage au fils de Louis-Philippe. Sous la Troisième République, les fêtes connaissent un âge d'or. Tous les prétextes sont bons : le 14 juillet, les fêtes de quartiers, la mi-carême, une commémoration historique sous forme de cavalcade, les grandes manifestations sportives et musicales… Bien des pièces inédites sont présentées, telle une lettre de René Gasnier (1908), pionnier de l'aviation en Anjou, projetant avec l'industriel Bessonneau d'organiser un circuit d'aviation. C'est aussi, dans le domaine de la vie culturelle, les plans d'un théâtre réservé aux marins de Brest (1780), de la nouvelle bibliothèque municipale d'Angers en 1845 ou le projet de décoration d'une salle à manger angevine, épreuve du concours organisé en 1921 pour la nomination d'un nouveau directeur de l'École régionale des Beaux-Arts, identifié à la faveur de l'exposition, qui a également permis, notons-le, de restaurer plusieurs pièces notoires de notre patrimoine.

Fête du 19 août 1906 au port de commerce de Brest, affiche. Arch. mun. Brest.