1914-1944

Depuis les origines à nos jours, retrouvez les événements essentiels qui ont marqué la vie de la cité d'Angers.

Mise à jour : 19 janvier 2009

1914 : Début des jardins ouvriers du Bois-du-Roi à Avrillé. Le bois est entièrement défriché en 1922 et se transforme peu à peu en lotissement.

1916 (13 avril) : Ouverture du cinéma des Variétés, 22 boulevard de Saumur. Ci-dessous, le plan du premier cinéma permanent d'Angers, les "Fantaisies angevines", ouvert en 1908.

 

"Fantaisies angevines" (ou "cinéma-théâtre"), 3 rue saint-Denis : plans de la salle (rez-de-chaussée). 1913. Arch. mun. Angers

1916 (4 août) : Décès de Julien Bessonneau.

1917 (26 septembre) : Constitution de la Société anonyme des câbleries et tréfileries d’Angers (SACTA) qui réunit à Montrejeau les deux fabriques angevines de câbles métalliques, celle du Mail et celle qu'avait installée à Saint-Léonard la Commission des Ardoisières. L'usine métallurgique de Montrejeau est édifiée de 1917 à 1919.

1919 (1er mai) : 6 000 manifestants pour la journée de huit heures.

1919 (15 octobre) : Fondation du Sporting-Club de l'Ouest (SCO) par les banquiers Georges et Paul Fortin à l’incitation de Julien Bessonneau fils.

1920 : Julien Bessonneau fils fait construire le stade « Bessonneau » de la rue Saint-Léonard (actuel stade Jean-Bouin).

1922 : Construction du vélodrome Montesquieu.

1922 (22 février) : Rue Louis-de-Romain, inauguration du Familia, rebaptisé ensuite Le Palace, premier bâtiment d'Angers conçu spécialement pour le cinéma à l'initiative de la société des Chocolats Poulain. Architecte : René Brot.

1922 (29 octobre) : Inauguration du monument aux morts de la ville d’Angers, à l’entrée du jardin du Mail, œuvre de Jules Desbois, assisté par Henri Grégoire.
1923 : Création de l’entreprise « Les Biscottes l’Angevine ».

1924 : Ouverture d’une cité-jardin (jardins ouvriers et lotissement) par MM. Le Bled et Yzeux, derrière la caserne Langlois (futur quartier Verneau).

1924 (19-30 juin) : Première foire-exposition de l’Anjou, pendant douze jours, au Champ de Mars. Affiche par Jean-Adrien Mercier.

 

Affiche de la première foire-exposition de l’Anjou, par Jean-Adrien Mercier. 19-30 juin 1924. Carte postale. Arch. mun. Angers

1925 (8 mars) : Manifestation et défilé de la Ligue des catholiques contre la politique anti-cléricale d’Édouard Herriot . Le général de Castelnau harangue une foule de 50 000 personnes sur le stade face au couvent de la Visitation de la rue de Frémur.

1926-1927 : Couverture photographique aérienne de la ville en vue de l'élaboration d'un plan précis d'urbanisme qui soit à jour.

1927 (février) : Début de la construction de la « Maison Bleue », à l'angle du boulevard Foch et de la rue d'Alsace. Architecte, Roger Jusserand. Mosaïques par Isidore Odorico. La maison est achevée en 1928.

1929 (25 avril) : Création de l'Office public municipal d'HLM par décision de Gaston Doumergue. Il ne commence à fonctionner qu'en juillet 1930.

1932 : Absorption de la Sociaté Anonyme des Câbleries et Tréfileries d'Angers par la Société Anonyme des Filatures, Corderies et Tissages d'Angers. Création d'une nouvelle entreprise : la Société Anonyme des Établissements Bessonneau (SAEB).

1933 (5-9 juillet) : Congrès eucharistique international, d’une ampleur exceptionnelle : 200 000 participants, 1 500 bénévoles.

 

Congrès eucharistique national d'Angers (5-9 juillet 1933). Carte postale. Arch. mun. d'Angers

1934 (12 février) : Première grande grève « politique » à Angers. À l'appel de la CGT, 2 000 à 3 000 personnes défilent de la Bourse du travail à la place André-Leroy.

1934 (5 mars) : La ligne Génie – Place Ney est la première ligne de transport urbain à être exploitée par des autobus. Des essais d’autobus avaient déjà eu lieu en 1925 (pendant quatre semaines) et à partir de novembre 1932.

1934 (1er mai) : La ville achète l’étang Saint-Nicolas à M. de Farcy.

1934-1937 : Construction du nouvel hôtel des Postes par P. Guchet.

1935 (10 octobre) : Inauguration de l'église de pèlerinage reproduisant le Saint-Sépulcre de Jérusalem, sur les plans et à l'initiative de Mgr Potard, dans le parc de sa propriété familiale, rue de Ballée.

1936 (21 novembre) : Gigantesque incendie du magasin « le Palais des Marchands » et des maisons voisines dans les rues Baudrière et de l'Évêché.

1937 : Jean Lurçat en visite à Angers. Il découvre la tenture de l'Apocalypse.

1937 (3-6 juillet) : Cinquième fête nationale des vins de France sous la présidence d'Albert Lebrun.

 

Programme de la 5e fête nationale des Vins de France. 3-6 juillet 1937. Brochure imprimée. Arch. mun. Angers

1938-1940 : Construction du quai du Roi-de-Pologne.

1939 : Réalisation de l’école d’Aviation, à la suite d’un concours, par Ernest Bricard, pour la Compagnie française d’aviation, à la limite des communes d’Angers et d’Avrillé.

1939 (22-25 juillet) : Fêtes Anglo-angevines. Préfiguration d’un « jumelage ».

1939 (22 novembre) : Le général Sikorski, président du conseil, et le gouvernement polonais en exil arrivent à Angers. Le général est logé à l'hôtel Le Bault de La Morinière, à l'angle des boulevards du Maréchal-Foch et du Roi-René.

1939 (2 décembre) : Le président de la République polonaise en exil, W. Raczkiewicz, est accueilli au château de Pignerolle, sa résidence à Saint-Barthélemy-d'Anjou.

1940 (8 janvier) : Le gouvernement polonais est reçu à l'hôtel de ville.

1940 (8 février) : Tirage à Angers de la Loterie nationale, tranche de la Pologne héroïque.

1940 (14-15 juin) : Le gouvernement polonais est transféré à Libourne et gagne l'Angleterre dans les jours suivants.

1941 (1er trimestre) : Victor Chatenay crée le premier mouvement de résistance angevin. Le nom du réseau, "Honneur et Patrie", fut trouvé par Théophile Poupot et simplifié par Victor Chatenay en "Angers HP". Le réseau a compté 296 membres.

1942 (21 février)-1944 (17 mai) : Plus de soixante résistants sont fusillés au champ de tir de Belle-Beille, dans le parc de la Garenne.

1942 (15 juillet) : Début des rafles à Angers, à la demande des autorités d'allemandes, 17 policiers français procèdent à 43 arrestations dans la ville en compagnie de "feldgendarmes".

1942 (20 juillet) : A 20 h 30, départ pour Auschwitz du convoi n° 8 depuis le quai militaire dit de la gare du Maroc, situé derrière la caserne Éblé. Il emporte environ 879 Juifs, dont 201 de nationalité française. 136 ont été arrêtés en Maine-et-Loire. Le convoi arrive seulement à Auschwitz le 23 juillet, à 16 h. En 1945, il n'y a que 16 survivants (Alain Jacobzone, L'Éradication tranquille).

1942 (16 octobre) : Départ de la gare Saint-Laud d'un convoi de 116 Juifs déportés vers Drancy, cette fois par un train régulier. Malgré les instructions, quarante d'entre eux sont de nationalité française. A la fin de 1942, près de la moitié des Juifs présents dans le département en juin 1942 ont été déportés.

1943 (5 février) : La Gestapo arrête la directrice du lycée de jeunes filles Joachim-du-Bellay, Marie Talet. Le lendemain est arrêtée Marthe Mourbel, professeur de philosophie. Le 28 février, c'est le tour d'Anne-Marie Baudin, professeur d'anglais. Suivent Mme James, professeur d'anglais (le 8 mars) ; Mlle Simier, économe (le 12 mars) ; Mlle Letourneau, professeur de dessin (le 13 mars). Seules Mlles Letourneau, Simier et Mme James sont revenues de déportation (le 18 avril 1945).

1943 (16 septembre) : Arrestation de Maurice Tardat, chef du groupe de résistance "CND Castille".

1944 (22-26 janvier) : Arrestation de 33 Juifs. 26 seront déportés. Il ne reste plus que 22 Juifs dans le département, soit 5 % des présentés de juin 1942. 319 Juifs déportés et 323 victimes au total.

1944 (mai-juillet) : Angers est bombardée quatre fois par les Alliés. 418 morts et plus de 360 blessés, 7 000 sinistrés, 1 300 maisons détruites ou inhabitables.

 

L’ancienne académie d’équitation après les bombardements du 28 mai 1944, par Abel Ruel. Février 1945. Dessin. Arch. mun. Angers

1944 (6 août) : Les Allemands évacuent la prison du Pré-Pigeon, emmenant avec eux un dernier convoi de déportés, comprenant 134 prisonniers, dont Eugénie Mansion, Marie Pirson et Jeanne Canonne.
En 1950, les Renseignements généraux estiment le nombre total des déportés de Maine-et-Loire à 1 270, dont 1 024 pour raison politiques, principalement pour des faits de résistance. 610 ont été déclarés morts ou non rentrés des camps.

1944 (10 août) : Libération de la ville par la 5e division d'infanterie de la 3e armée américaine du général Patton. Michel Debré, commissaire de la République.

 

Angers après les combats de la Libération, août 1944. Le pont de Verdun, le quai des Carmes et le clocher de la Trinité à l'arrière-plan. Gouache de Charles Tranchand. Coll. Musée des Beaux-Arts, cliché Pierre David. L'oeuvre est exposée dans la galerie d'histoire d'Angers au musée des Beaux-Arts depuis début mars 2006.

1944 (19 août) : Création de la société des éditions du Courrier de l'Ouest par 35 actionnaires. Le premier numéro du nouveau journal sort deux jours plus tard.