Dictionnaire des rues

Vous vous interrogez sur la dénomination de l'une des 1631 voies d'Angers ? Quelle est la personnalité, l'événement, le bâtiment ou le lieu-dit ancien auquel elle fait référence ? Ce dictionnaire en ligne vous en donne l'histoire...

L'ensemble est en cours de refonte par Marie-Luce Fabre : un astérisque vous indique les rues dont les données ont été revues et complétées.

En savoir plus : Les premières dénominations officielles de rues

BATAILLE (rue Nicolas) *

Quartier :

Roseraie

Commençant :

Strasbourg (boulevard de)

Terminant :

Chaffauds (rue des)

Dénomination précédente :

Stand (rue du)

Date dénomination :

28/09/1956

Histoire du terme choisi :

Nicolas Bataille (Paris, v. 1330 - ?, v. 1405), marchand, valet de chambre et homme de confiance du duc Louis Ier d'Anjou.
Il est chargé de financer et d'organiser la réalisation de la tenture de l'Apocalypse, et à ce titre coordonne les chefs d'atelier responsables de la fabrication. La tapisserie est tissée entre 1373 et 1382, d'après des cartons de Jean de Bondol, dit aussi Jean de Bruges, peintre du roi Charles V.

Histoire de la voie :

La rue Nicolas-Bataille n’a été ouverte qu’en 1957. Elle prolonge l’ancienne impasse du Stand tracée sur quelques dizaines de mètres seulement à partir de la rue de Létanduère, en 1889, lors de la création d’un stand de pratique du tir par la Société de gymnastique et de tir d’Angers. Une société spécifique, la Société du stand angevin, est créée en janvier 1889, mais dissoute en 1893, devant le peu de succès de cette entreprise. Le stand de tir est vendu cette même année. En 1909, l’école Saint-Germain ouvre rue de Létanduère et rue du Stand.
Le 28 septembre 1956, le conseil municipal décide que le prolongement de l’impasse du Stand jusqu’à la rue des Chaffauds portera le nom de Nicolas-Bataille. La nouvelle rue, mise en état de viabilité les années suivantes, est tracée sur les terrains de l’exploitation agricole des familles Pinier-Aubry. Ce n’étaient là que terrains de maraîchage, vigne, blé et poiriers. Le terrain, qui avait été inclus dans le périmètre de la ZUP Sud en 1966, est bâti par la Soclova en 1982.

Terme normalisé :

Nicolas-Bataille (rue)