Etat civil

Les Archives municipales d'Angers conservent les registres paroissiaux (XVe siècle-1792 et les registres d’état civil uniquement jusqu’à l’année centenaire de l’année en cours (1914 en 2015, 1915 en 2016…) pour les naissances, mariages et décès.

Les documents de 1489 à 1899 sont disponibles en ligne sur le site des Archives départementales de Maine-et-Loire. Mais depuis la loi du 13 janvier 1989, les mentions marginales sont portées uniquement sur l'exemplaire communal.  Les actes d'état civil à compter de l'année 1900 ont donc été numérisés en 2013 et notre collection numérisée est mise à jour régulièrement après chaque nouvelle mention.

Sur notre site, sont disponibles (suivant les délais de mise en ligne prescrits par la CNIL) :
- Actes de naissance, de 1900 à 1916
- Actes de mariages, de 1900 à 1942
- Actes de décès, de 1900 à 1991

Accéder à la recherche dans les registres d'état civil

Avant 1792, les registres paroissiaux

Les registres paroissiaux d'Angers remontent à 1489 (le plus ancien est de la paroisse Saint-Pierre) et sont répartis en registres de baptêmes, mariages et sépultures.

En plus des registres paroissiaux et d'état civil, il faut ajouter les registres tenus par les hôpitaux (hôpital, hôpital des incurables, hôpital général, hôtel-Dieu-hôpital Saint-Jean) et le livre des sépultures du couvent des Cordeliers.

Il n'existe pas de tables, hormis les dépouillements réalisés par les cercles généalogiques consultables en salle de lecture.

Sous l'Ancien régime, Angers compte 16 paroisses, auxquelles viendront s'ajouter en 1790 les paroisses suburbaines de Saint-Léonard* et de Saint-Samson* et en 1793 celle de Saint-Augustin**.  Elles sont connues sous ces vocables :

  • Notre-Dame de l'Esvière
  • Saint-Aignan
  • Saint-Augustin **
  • Saint-Denis
  • Saint-Evroult
  • Saint-Germain-en-Saint-Laud
  • Saint-Jacques
  • Saint-Jean-Baptiste-Saint-Julien
  • Saint-Léonard *
  • Saint-Martin
  • Saint-Maurice
  • Saint-Maurille
  • Saint-Michel-du-Tertre
  • Saint-Michel-la-Palud
  • Saint-Nicolas
  • Saint-Pierre
  • Saint-Samson *
  • Sainte-Croix
  • Trinité (La)

Après 1792, l’état civil

La loi du 20 septembre 1792 a institué l'état civil laïque moderne et a confié aux mairies la charge d'inscrire sur des registres séparés, en double exemplaire, les naissances, les mariages et les décès, ainsi que la rédaction de tables décennales. L'un des exemplaires est destiné au greffe du tribunal d'Angers.

En réalité, les trois formes de registres ont un champ d'application plus large : ils contiennent des jugements rectificatifs d'actes et, pour ce qui est relatif aux naissances, comprennent également des actes de reconnaissance, de légitimation et d'adoption.

Les tables décennales répertorient alphabétiquement tous les actes d’un même type sur une période de dix années. Ils permettent de retrouver facilement un acte dont on ne connait pas la date exacte.

Chaque acte est identifié par l’année et un numéro. Les actes de naissance portent en marge pour la période la plus récente mention des mariages (depuis 1897), divorces (depuis 1886), décès (depuis 1945).

Nous avons numérisé les actes suivants : les naissances à compter de 1900, les mariages de 1900 à 1942, les décès de 1900 à 1991, ainsi que les tables décennales (à compter de 1900 pour les tables de naissances, mariages et décès).

Les registres de naissances ont été numérisés jusqu'en 1932 avant leur versement par le service de l'état civil (au bout de 100 ans). Ils ne seront plus numérisés prioritairement après cette date puisque le logiciel Siècle permettra de consulter les actes avec les mentions marginales directement mis à jour.

A partir de 1793, Angers est divisé en 3 arrondissements.

  • 1er arrondissement
  • 2ème arrondissement
  • 3ème arrondissement

(voir plan)