F, G, H et L

Mise à jour : 17 janvier 2006

F

Falloux (Frédéric-Alfred de) (Angers 1811 - 1886), homme politique. Élu député en 1846, puis en 1848. Ministre de l'Instruction publique en 1848-1849, il est à l'origine de la loi établissant la liberté de l'enseignement, votée le 14 janvier 1850 et connue sous le nom de « loi Falloux ». Il se consacre par la suite surtout à l’agriculture, dans son domaine du Bourg-d’Iré et laisse des mémoires, publiés par son neveu Georges de Blois trois ans après sa mort.

 

Lithographie par A. David. [1848]. Arch. mun. Angers

Fourré (Maurice) (Angers 1876 – 1959), écrivain, étonnante figure du surréalisme de l'après-guerre. Secrétaire de trois députés, l’un d’eux l’introduit dans le milieu littéraire. Son roman La Nuit du Rose-Hôtel (publié en 1950) est un chef-d’œuvre d’humour noir et d’aventures angevines. Son ami André Breton en signe la préface. Il publie ensuite La Marraine du sel (1955). Tête de Nègre sort peu après sa mort (1960). Lors de la parution de La Marraine du sel, Y.-M. Rudel écrit dans Ouest-France : « On ne peut pas dire qu’il s’agisse d’un roman, mais d’un poème à travers lequel flottent les fils d’un roman d’incantation générale : les images-surprises, les ruptures de rythme et jusqu’à la disposition typographique, tout concourt à dépayser le lecteur et à l’égarer sur les chemins du rêve ».

 

Maurice Fourré. S. d. Photographie extraite de la revue Les Angevins de Paris. Arch. mun. Angers

G

Gélin (Daniel) (Angers 1921 – Paris 2002), acteur. Sa carrière est double, au théâtre, comme comédien et metteur en scène, et au cinéma à partir de 1941 et surtout de "Rendez-Vous de juillet" en 1949, jusqu’aux "Marmottes" (1993). Ses dons sont variés : il travaille aussi pour la télévision, écrit des poésies, se passionne pour le jardinage et fait partager sa passion aux lecteurs de VSD.

 

Daniel Gélin au Festival Premiers Plans, Angers, 1991. Cliché Patrice Campion, Ville d'Angers.

Guillou (Jean) (Angers 1930), organiste, titulaire des grandes orgues de Saint-Eustache à Paris depuis 1963. Interprète virtuose, il est également compositeur, auteur d’une oeuvre aux formes musicales variées, pour orgue, piano, orchestre… Il parcourt l’Europe, les États-Unis, la Russie et le Japon, prodiguant les récitals et les enseignements. Auteur de « L’Orgue, souvenir et avenir », il a lui-même conçu plusieurs grands instruments, comme celui de la Tonhalle à Zürich.

 

Jean Guillou. Cliché Guy Vivien.

H

Henry (Marcelle) (Angers 1895 - Paris 1945), résistante, l'une des six femmes "Compagnon de la Libération". Licenciée en lettres et droit, chef de bureau au ministère du Travail en 1940, elle s'engage dans la Résistance, distribue des tracts dans les usines, donne asile à des réfugiés poursuivis, couvre les agissements clandestins de ses subordonnés. A partir de septembre 1943, elle fait partie des Forces françaises combattantes et travaille au circuit d'évasion de la Direction générale des études et recherches (DGER). La Gestapo l'arrête à son domicile le 4 juillet 1944, mais elle ne parle pas et parvient à limiter à elle-même la série des arrestations opérées dans son service. Condamnnée à mort, elle est, du fait de l'avance des Alliés, déportée le 16 août 1944 par le dernier convoi quittant Paris et internée à Ravensbrück jusqu'au 14 avril 1945. Rapatriée en France, elle meurt d'épuisement à Paris, pesant seulement 38 kg, le 24 avril 1945.
Compagnon de la Libération, par décret du 27 avril 1945, chevalier de la Légion d'honneur, officier du Mérite social.

L

Lenepveu (Jules-Eugène) (Angers 1819 - 1898), peintre, grand prix de Rome en 1847, célèbre pour ses vastes compositions historiques : plafonds de l'Opéra de Paris (1869-1871), du théâtre d'Angers (1871), de la préfecture de Grenoble, fresques de Saint-Louis-en-l’Île, de Saint-Sulpice (1864) et de Sainte-Clotilde (1868) à Paris, de la chapelle de l’hôpital d’Angers, Histoire de Jeanne d'Arc au Panthéon, Entrée de François Ier à Angers pour la salle des fêtes du musée Pincé à Angers (1892)… Membre de l’Institut à partir de 1869, il dirige l’Académie de France à Rome entre 1873 et 1878. Sa collection de dessins a été donnée à l’école des Beaux-Arts de sa ville natale. Un monument lui a été élevé dans la cour du musée en 1900.

Le Rallic (Étienne) (Angers 1891 - Sorel-Moussel, 1968), illustrateur et dessinateur humoriste. Son père est officier dans l'armée, en garnison à Rennes vers 1900. Il montre très tôt ses aptitudes pour le dessin. Après des études secondaires, se rendant à Paris, il rencontre providentiellement dans le train le directeur du journal "Fantasio" qui lui commande des dessins pour la revue "Le Rire". Gus Bofa, un autre jeune dessinateur, lui suggère le graphisme de sa signature. Après son service militaire à l'école de cavalerie de Saumur, et la première guerre mondiale au cours de laquelle il est agent de liaison, il se marie (1919) et s'installe en 1924 à Saint-Germain-en-Laye. Ses collaborations sont multiples : illustration d'ouvrages, de revues... Il travaille en particulier pour "Rustica", "Lisette", "La Semaine de Suzette", "Le Petit Écho de la mode". En 1935, il sort son premier véritable album, "Flic et Piaff", avec Marijac, début d'une collaboration très longue entre les deux dessinateurs : Marijac est le scénariste, Le Rallic le dessinateur. Un grand nombre de ses dessins humoristiques mettent en scène les chevaux, pour lesquels il avait une véritable de passion (site internet consacré à E. Le Rallic : lerallic.free.fr).

Leroy (André) (Angers 1801 - 1875), l’un des fondateurs de l'horticulture moderne. Fils d'un jardinier d'Angers, élève du lycée, Thouin, directeur du jardin des Plantes de Paris, le perfectionne dans l'étude de l'horticulture. Il prend à Angers la succession de son père à partir de 1822, tout en voyageant par toute l'Europe, ce qui lui permet d’introduire des variétés nouvelles. En 1840, l'étendue de ses cultures est passée de quatre à cent huit hectares et il occupe trois cents ouvriers. Les troubles de 1848 ayant réduit ses ventes, il prospecte le marché des États-Unis, crée une succursale à New-York. Très impliqué dans la vie de la cité, il est conseiller municipal de 1840 à 1845 et de 1848 à 1870, administrateur de la Caisse d'Épargne et de la succursale de la Banque de France. Le tout nouveau jardin du Mail a bénéficié de son expérience et de ses dons. Son Dictionnaire de pomologie, véritable encyclopédie en six volumes (1867-1879), livre le résultat de ses travaux. Elle est achevée après sa mort par Bonneserre de Saint-Denis, son collaborateur.

 

André Leroy. S. d. Société d'Horticulture d'Angers et de Maine-et-Loire.

Lorioux (Félix) (Angers 1872 – Paris 1964), illustrateur, auteur de nombreux albums et livres pour les enfants publiés par Draeger, Hachette (les célèbres « albums Lorioux »), Gautier-Languereau, Marcus (les Fables de La Fontaine), l’Imprimerie Nouvelle de Nantes. Il collabore à La Semaine de Suzette. À partir de 1920, il dessine de plus en plus d’animaux. Ses amis rapportent que Donald, le canard habillé, serait inspiré de son cormoran en costume. Walt Disney, qui avait fait sa connaissance pendant la première guerre mondiale lors de son séjour en France avec la Croix-Rouge, s’inspire de ses dessins. Il reprend son livre Une poule sur un mur, s’adresse à lui en 1932 pour Mickey et Minnie dans la Bibliothèque rose, puis en 1934 pour quatre albums dessinés d’après ses films. L’une des œuvres les plus importantes de Lorioux reste sa magnifique illustration des fables de La Fontaine. Quoique devenu Parisien, il revenait chaque été en Anjou.

 

Autoportrait de Félix Lorioux paru dans La Vie angevine, 1947. Arch. mun. Angers