Les premiers trottoirs

Chronique historique

par Sylvain Bertoldi, conservateur en chef des Archives d'Angers

Vivre à Angers n° 394, novembre 2015

Les trottoirs étaient connus dans l’Antiquité. À Angers, les fouilles des sites du Sernam, de la rue Delaâge ou du musée des Beaux-Arts ont révélé des voies de 10 à 12,60 m de large, composées d’une chaussée empierrée bombée, bordée de fossés et flanquée de trottoirs de 2 à 2,50 m de large, parfois couverts. Les trottoirs s’effacent dès le haut Moyen-Âge, laissant place à des voies au léger profil en V, avec un ruisseau central pour l’écoulement des eaux.

« La vieille rue Corneille à Angers », reproduction d’une eau-forte de Marcel Fleury figurant dans son album « Angers à l’eau-forte », 1923. Archives municipales Angers, 3 Fi 331.

C’est d’Angleterre qu’ils reviennent, à la fin du XVIIIe siècle, car les trottoirs du Pont-Neuf, à Paris, établis en 1607, servaient surtout pour les éventaires des marchands. Le premier trottoir parisien destiné à mettre les piétons à l’abri de la circulation date de 1781, avec le percement de la rue de l’Odéon.

Premières mention et décision officielle

À Angers, les nouvelles rues percées sous la Révolution et l’Empire ne prévoient pas de trottoirs. C’est encore le cas lors de la réalisation de la rue Dauphine – actuelle rue des Lices – achevée en 1829. La première mention de trottoir semble dater du début de la monarchie de Juillet. Dans une lettre au maire du 12 mars 1833, l’architecte Thierry recommande l’aménagement de trottoirs sur le nouveau quai Ligny, en construction :

« Le quai en construction sera certainement le lieu de la ville où il y aura toujours une grande affluence de personnes attirées par leurs affaires commerciales. Il me semble qu’il serait donc convenable de projeter des trottoirs le long des maisons » (Archives municipales, 1 O 812).

L’avis n’est pas immédiatement suivi.

Deux ans plus tard, un particulier, se félicitant des embellissements de la ville dans une lettre publiée par le Journal de Maine-et-Loire du 30 octobre 1835, réclame des trottoirs pour le pont du Centre (actuel pont de Verdun), à établir au moyen de consoles. Le 2 décembre 1835, le conseil municipal décide officiellement pour la première fois qu’une rue nouvelle - embryon de la rue du Quinconce - sera dotée de trottoirs.

Des raisons économiques font adopter le projet de trottoirs sur le quai Ligny le 9 mars 1838 : une grille en fonte de fer remplacera le parapet prévu, car les carrières où l’on devait se procurer des pierres de dimensions suffisantes ont été épuisées. Le trottoir aura le double avantage de favoriser les piétons et de garantir la grille du choc des voitures. Au lieu d’être pavé, il sera bitumé, suivant les expériences faites à Paris en 1835, à Lyon, puis à Tours.

Adjudication des travaux à faire pour la réparation des trottoirs et cales du quai Ligny, 15 avril 1858. Archives municipales Angers, 6 Fi 1119.

Nouveaux usages à respecter

Les particuliers qui lotissent les nouvelles rues font aussi construire des trottoirs devant leurs maisons, ainsi rue Basse-du-Mail, entre la place du Pilori et la rue du Cornet. Mais l’usage des trottoirs n’est pas bien connu. Le 26 mai 1841, le maire doit prendre un arrêté y interdisant la circulation :

Informé que les trottoirs dont l’usage commence seulement à s’établir dans cette ville, sont journellement envahis par des hommes conduisant des brouettes et des petites voitures à bras qui les détériorent, les embarrassent et faussent leur destination qui est surtout d’offrir aux piétons les moyens d’éviter les accidents auxquels les expose la circulation des voitures, voulant dès à présent mettre un terme à un abus dont la population se plaint avec raison […], arrêtons : Art. 1er – Défenses sont faites à tout individu de conduire des brouettes, civières, voitures à bras ou traînées par des animaux, chargées ou non chargées, sur les trottoirs déjà établis et sur ceux qui pourront l’être le long des quais, des ponts, des rues et places publiques de la ville. Art. 2 – Défenses sont également faites de parcourir lesdits trottoirs à cheval et d’y conduire à la main des chevaux ou toute autre monture.

31 rues

La loi du 7 juin 1845 rend obligatoire la construction de trottoirs dans toutes les villes de France. Le conseil municipal d’Angers s’exécute en votant, le 11 juin 1846, un premier programme pour 31 rues et places. C’est peu, par rapport au plan d’alignement de 230 rues qui vient d’être approuvé par ordonnance royale du 23 juin 1845. Suivant la loi, la dépense doit être répartie par moitié entre la commune et les propriétaires riverains, l’entretien restant par la suite à la charge entière de la première. La majorité des voies retenues se trouve au cœur et dans le haut de la ville. Aucune n’est située dans la Doutre. Pour les faubourgs, si les rues Hanneloup, du Haras, d’Orléans (future rue Paul-Bert), du Jardin-des-Plantes (rue Boreau), de Paris sont distinguées, la rue Bressigny doit attendre la fin des années 1850 pour être pourvue de trottoirs. Ce programme est mis à exécution après obtention de la déclaration d’utilité publique du 5 mai 1848.

L’enquête d’utilité publique n’a recueilli que quatre oppositions. Deux Angevins trouvent le projet inadapté aux rues anciennes, un troisième prétend qu’il y a trop d’angles dans la rue Hanneloup pour que les trottoirs y fassent bon effet et le quatrième fait observer que le système va rendre difficile l’accès aux portes cochères et aux boutiques : du fait des trottoirs, on ne pourrait y arriver qu’en descendant une ou deux marches. Une autre critique se fait jour : les trottoirs ont l’inconvénient de concentrer la circulation du public sur un même point resserré (remarque faite au conseil municipal, 12 juin 1852). Le bitume enfin est visé, pour des questions de propreté publique :

« Chaque jour, écrit le commissaire central de police au maire, le 26 avril 1852, on voit des gens bien placés dans la société s’arrêter près d’une borne en sortant de leur maison. Aussi nos places, nos promenades, nos boulevards, nos quais et même nos ponts sont inondés d’urine […] Rien n’est plus dégoûtant que ces longues traces que l’on remarque sur les trottoirs bitumés. »

On critique également ce matériau pour son coût d’établissement et d’entretien, ainsi que son peu de résistance à la chaleur.

Tableau des rues et places susceptibles de recevoir des trottoirs, 11 juin 1846. Archives municipales Angers, série I.
Plan de la rue Châteaugontier. Construction de trottoirs. Alignements approuvés par ordonnance royale du 26 avril 1826. En rouge, les trottoirs à construire, d’une largeur de 2 mètres. 10 février 1859. Archives municipales Angers, 1 Fi 2492.

Matériaux

La municipalité choisit donc plus souvent dans les années 1850 le pavé en petit échantillon. Elle essaye le dallage en béton aggloméré sur le boulevard de Saumur (du Maréchal-Foch) en 1866. Plus tard, vers la fin du siècle, ce sera le grès céramique. Mais le bitume reste finalement le plus ordinairement employé.

Peu à peu les trottoirs s’étendent à tout le centre-ville et aux principales rues de l’extérieur. Ceux qui bordent les boulevards formant la traverse des routes impériales, puis nationales, sont établis par l’État. Le quartier de la gare Saint-Laud - ouverte en 1849 - est équipé de trottoirs à la fin du Second-Empire. Leur réalisation et leur entretien sont régulièrement adjugés au même entrepreneur angevin, G. Dufour, quadruple médaillé aux expositions de Paris, Londres, Laval et Angers. Ses ateliers se situent chemin de Saint-Léonard (rue Célestin-Port), près du lycée (David-d’Angers). Il se recommande pour ses « applications du bitume d’asphalte de Seyssel, de produits asphaltiques et Portland naturel », la vente de bitume, gargouilles, tuyaux en fonte et le dépôt de ciment Portland.

Dufour, adjudicataire de la construction et l’entretien des trottoirs, facture à en-tête, 20 décembre 1869. Archives municipales Angers, série I.
Les trottoirs du quai des Carmes, vue vers le quai Ligny. Vers 1900. Archives municipales Angers, 5 Fi, don de Jacques Besson.
La rue Saint-Aubin et ses trottoirs, vers 1910. Archives municipales Angers, 4 Fi 2593.