Dictionnaire des rues

Vous vous interrogez sur la dénomination de l'une des 1 515 voies d’Angers ? Quelle est la personnalité, l'événement, le bâtiment ou le lieu-dit ancien auquel elle fait référence ? Ce dictionnaire en ligne vous en donne l'histoire...

L'ensemble est en cours de refonte par Marie-Luce Fabre : un astérisque vous indique les rues dont les données ont été revues et complétées.

En savoir plus : Les premières dénominations officielles de rues

MALSOU (rue) *

Quartier :

Doutre Saint-Jacques Nazareth

Commençant :

Censerie (rue de la)

Terminant :

Hommeau (rue de l')

Dénomination précédente :

Tertre (rue du)

Noms révolutionnaires :

Tertre-Patriote (rue du)

Date dénomination :

10/06/1932

Histoire du terme choisi :

Pierre Marie Malsou (Joué-Étiau 1841 - Angers 1917), prêtre angevin.
"Vicaire, puis curé de l'église de la Trinité, il a exercé pendant 51 ans son sacerdoce dans cette paroisse, dont il fut le bienfaiteur" (délibération du 10 juin 1932).
Le principe de donner son nom à une rue de la ville avait été adopté dès 1929, à la suite d’une pétition adressée à la municipalité par l’abbé Bribard (délibération du 20 août 1929).

 

Histoire de la voie :

La rue longe l'emplacement de l'ancien cimetière paroissial de Saint-Jacques ; situé sur le haut du tertre Saint-Laurent, il est utilisé jusqu'au début du XVIIIe siècle.
Voie bordée notamment par l'hôtel Mauvif de Montergon (n° 15-17) et l'hôtel Grandet de La Plesse (n° 9-11). Ce dernier, construit vers 1500 pour Jean de Tinténiac, chanoine de Saint-Martin, est agrandi et aménagé aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il appartient à cette époque à la famille Grandet de La Plesse, qui lui a laissé son nom.

Terme normalisé :

Malsou (rue)