Dictionnaire des rues

Vous vous interrogez sur la dénomination de l'une des 1 515 voies d’Angers ? Quelle est la personnalité, l'événement, le bâtiment ou le lieu-dit ancien auquel elle fait référence ? Ce dictionnaire en ligne vous en donne l'histoire...

L'ensemble est en cours de refonte par Marie-Luce Fabre : un astérisque vous indique les rues dont les données ont été revues et complétées.

En savoir plus : Les premières dénominations officielles de rues

HAFFNER (rue Émilie)

Quartier :

Grand-Pigeon Deux-Croix Banchais

Commençant :

Desbois (rue)

Terminant :

Le Gouz (rue)

Date dénomination :

24/11/2005

Histoire du terme choisi :

Émilie Haffner (Beligneux 1912 - Angers 1987), militante du logement social et de l'aide à domicile.
Orpheline très tôt, son père est tué dès le début de la Première Guerre mondiale, elle grandit avec l'exemple de sa mère, veuve de guerre courageuse, aux revenus modestes. Devenue institutrice au Sacré-coeur de la Madeleine et infirmière bénévole auprès de la Croix-Rouge, elle se consacre à l'aide des victimes de guerre. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, elle co-fonde l'Union familiale des victimes de guerre (UFVG), puis participe à la création par Christine Brisset en 1956 de l'Union familiale des Castors angevins, l'une des premières associations d'aide à domicile. Dénommée Association des aides familiales et ménagères à partir de 1959, elle comprend trois salariées. Émilie Haffner en est la secrétaire médico-sociale et la trésorière. En 1989, cette association prend le nom d'Association d'aide à domicile (ASSADOM).
C'est grâce aux efforts d'É. Haffner que sont ouverts les deux premiers foyers-logements d'Angers (Jeanson, rue Billardeau ; Salmon, rue des Ponts-de-Cé), destinés aux personnes âgées les plus démunies. Chambre individuelle, repas chaud tous les jours et ambiance familiale : une première en France et un modèle qui sera suivi. Viendront ensuite d'autres réalisations : Bon-Air à Saint-Barthélemy, Marcel-Lebreton rue Anne-Frank et même une résidence à Saint-Nectaire, dans le Puy-de-Dôme.
Elle a également été directrice de la Croix-Rouge à Angers. Considérée comme une pionnière et une militante du logement social, Émilie Haffner a laissé le souvenir d'une femme courageuse, charitable et optimiste, guidée par le bien et les solutions concrètes. Capable de "secouer", comme Christine Brisset, les cabinets ministériels pour obtenir aides et autorisations, elle a su aussi organiser des classes vertes et des vacances à la montagne pour les enfants qui n'y avaient pas accès. Elle est décédée célibataire, 20 rue Proust, à Angers, le 6 septembre 1987 et repose au cimetière de l'Est, à proximité de la rue et du Carré, inauguré le 26 septembre 2019, qui portent son nom (Rens. ASSADOM et famille d'É. Haffner).

Terme normalisé :

Émilie-Haffner (rue)